X

INFORMATION IMPORTANTE

Vous êtes actuellement sur l’ancien site de l’IUT de Clermont-Ferrand. Les informations concernant l’offre de formation sont obsolètes.

Pour consulter l’offre de formation 2017, veuillez cliquer ICI


Informations concernant les candidatures :


Veuillez fermer cette information pour accéder au contenu.

Biomarqueur prédictif : La révélation des contraintes qui pèsent sur nos cours d’eau…

Biomarqueur "sentinelle" ou le révélateur d'une pollution
chimique dans nos cours d'eau

Nos techniciens disposent de plusieurs indicateurs d’état biologique, susceptibles d’informer sur la présence et l’impact de pollutions. Des Analyses chimiques de l’eau, polluant par polluant lorsque celui-ci est connu, chères, révélatrices de peu d’informations sur les altérations et les contraintes que subissent les êtres vivants, à l’Indice Poisson Rivière (IPR) [2], qui se limite à une évaluation de l’altération des peuplements piscicoles en place par rapport à un peuplement théorique, jusqu’à Indice Biologique Globalisé Normal (IBGN), qui sur la base de l’analyse des macroinvertébrés tente de déterminer la qualité des cours d’eau,
complétés par les indices diatomiques (micro algues) et macrophytiques (plantes
supérieures), sont autant d’outils à la disposition des décideurs en charge des politiques de l’eau.
Aussi un nouvel indicateur plus complet, plus pointu, le biomarqueur « Sentinelle », basé sur l’analyse protéomique, a donc fait l’objet d’une dépose de brevet industriel en 2011 suite à de nombreuses années de recherche. Menée en étroite collaboration avec la FDPPMA63, cette méthode, prometteuse, dont l’intérêt ne se limite donc plus au domaine de la recherche médicale où elle était utilisée depuis près de 30 ans, permet de mettre en évidence, l’action de polluants sur la synthèse protéique.
En effet, lorsqu’ils sont confrontés à un stress chimique, les organismes déclenchent un mécanisme de défense qui implique l’expression de gènes spécifiques et la synthèse des protéines correspondantes. Si l’on souhaite étudier les réactions des poissons à certaines modifications de leur environnement (pollutions à certains produits) il est donc possible de recourir à cette analyse protéomique. Cette technique consiste à examiner le protéome, c’est-à-dire l’ensemble des protéines d’une cellule, d’un tissu ou d’un organisme, à la recherche de celles dont la synthèse est stimulée (protéines induites) ou réprimée (protéines supprimées) sous l’action d’une exposition à un polluant.
Biomarqueur "sentinelle" ou le révélateur d'une pollution chimique...

jeudi 19 avril 2012

Retour à la liste des actualités

A découvrir aussi...